L'oraison

Faire oraison, c’est venir passer du temps avec Dieu, dans un cœur à cœur silencieux. C’est Le chercher, puis se tenir en Sa présence, entrer dans une amitié vivante avec Lui, Le laisser me transformer.

 

Comment préciser les traits de cette Vie d'oraison ?

Cherchons la réponse dans la Bible : « Il est vivant le Seigneur devant qui je me tiens." (1 Rois 17,1)

Tels sont ses premiers mots d'Elie, le prophète, celui que le Carmel reconnait comme premier modèle. Dieu est vivant, le Vivant par excellence et il n’y a de vie qu’en relation avec lui. La recherche du prophète est ainsi vivre avec Dieu, en se tenant en sa présence, dans une disponibilité permanente à le servir. L'oraison n'est rien d'autre que cette relation à Dieu : pas seulement une relation avec quelqu’un auquel on pense, mais un Ami avec qui l'on vit !

« Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube, mon âme a soif de toi.(…) Ton amour vaut mieux que la vie (…) Dans la nuit, je me souviens de toi …Mon âme s’attache à toi… ». (Ps 62)

Les saints du Carmel témoignent du goût de Dieu…

« Croyez-moi, autant que vous le pourrez, ne vous écartez jamais d’un si bon ami. Si vous prenez l’habitude de l’attirer auprès de vous, s’il voit que vous l’appelez avec amour, (…), vous n’arriverez pas, comme on dit, à vous en débarrasser, jamais il ne vous manquera, il vous aidera dans tout votre travail, il sera partout avec vous. Pensez-vous que ce soit peu de chose qu’un tel ami à nos cotés ? » (Chemin de Perfection, chapitre 26, 1.)

« La rencontre de deux amours, voilà ce qu’est l’oraison ! » (Père Marie-Eugène)

Et concrètement, comment s'y prendre pour une telle rencontre ?

« Demeurez-en moi, comme je demeure en vous » (Jn 15,4). Quel grand mystère : nous sommes nous-mêmes la demeure où Il habite ! Faire oraison, c’est chercher Dieu dans les profondeurs de notre âme, aller vers ces régions intérieures, en ce lieu secret où réside le Roi. Il est là, le Dieu Vivant. Il attend que je fasse ce pas vers Lui, pour répandre en moi Son Amour ; voilà Sa joie !

Il faut commencer par trouver un lieu qui nous recueille, se fixer un temps pour demeurer avec le Seigneur : temps gratuit, rien que pour aimer et se laisser aimer ! Puis pénétrer dans le silence, se placer sous le regard de Dieu, son regard de Miséricorde, qui m’accueille et me connaît tel que je suis.

Dans ce silence, rejoindre le Christ : faire oraison, ce n'est pas ne rien faire ! c’est entrer dans un dialogue vivant avec Jésus, Lui parler, mais aussi L’écouter. C’est Lui, Jésus que je cherche, Lui qui est le Chemin, la Vérité, la Vie.

L’oraison est aussi un combat, le combat de la persévérance. Il faut consentir à « veiller une heure avec Lui », maintenir éveillée notre foi, notre certitude de la présence aimante et agissante de Dieu, même si je ne sens rien.

"De même qu'on ne peut plonger sa main dans l'eau sans se mouiller, ou dans un brasier sans se brûler, de même on ne peut prendre contact avec Dieu par la foi sans puiser en sa richesse infinie !" (Père Marie-Eugène)

Petit à petit ma prière se simplifie, et devient un simple regard fixé sur Jésus. Son regard me transforme : il m’apprend à tout voir dans la lumière de Sa vérité et de Son amour pour tous les hommes, Il m’entraine à L’aimer et Le suivre davantage.

« Quelle ne sera pas la joie de Dieu lorsqu’il trouvera une âme qui Lui laisse toute liberté, et en qui il peut se répandre, selon toute la mesure qu’Il désire ! » (Père Marie-Eugène)

Soyons certains que Dieu a de la joie à se donner… Allons à cette joie de Dieu !

 

 

 

Un guide sur la voie de l'oraison : le Bienheureux Marie-Eugène de l'Enfant-JésusPME Blangy 1963 retouche V450 8

Entré en 1922 chez les Carmes, le jeune frère Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus s'émerveille de la spiritualité qui s'y vit. Une vie connectée à Dieu et toute consacrée au service des hommes, la joie et l'amour brulants au cœur. Mais n'est ce pas ce que tout baptisé est appelé à vivre, ce face à face intime d'Elie à l'Horeb et son envoi en mission ? Il fonde Notre Dame de Vie, communauté de femmes , d'hommes et des prêtres animés d'un intense désir de contemplation et d'évangélisation.

Pour lui, "voir Dieu" dans le cœur à cœur de l'oraison quotidienne c'est pouvoir regarder le monde avec son propre regard, l'y contempler à l'œuvre et répondre aux invitations personnelles de l'Esprit Saint.

"L'oraison est en quelques sorte le soleil et le centre des occupations de la journée. On a l'impression chaque soir que l'on a guère fait que cela d'important".

Béatifié en 2016, son enseignement de père sur les voies de la vie intérieure peut rejoindre et guider tout croyant.

" L’oraison nous fait chercher Dieu au centre de notre âme. Où pourrions-nous le trouver plus intimement pour établir nos relations surnaturelles avec Lui, qu’en ces profondeurs de nous-mêmes où Il communique sa vie divine, faisant de chacun de nous personnellement son enfant ? Ce Dieu présent et agissant en moi est véritablement mon Père, car Il m’engendre sans cesse par la diffusion de sa vie ; je puis L’étreindre moi-même d’une étreinte filiale en ces régions où Il se donne. Le ciel vit tout entier dans mon âme. En me faisant tenir compagnie à la Trinité Sainte qui y habite, l’oraison de recueillement est plus qu’une préparation à la vie céleste, elle en est l’exercice réel sous le voile de la foi.

Dieu est vivant, il est l'Amour. Votre œuvre à vous, n'est-ce pas d'accueillir cet amour, de le contempler, de le traduire dans des actes, c'est-à-dire de l'offrir au monde dans lequel vous vivez ? Votre action devient alors une œuvre d'amour et construit l'Eglise.

Voilà le sens de votre vie : chercher Dieu, le trouver, prendre contact avec Lui, et le donner aux autres !" (Père Marie-Eugène)

 

 

Tags: